fiche exposition - Futurs antérieurs





dates du 12/01/2018 au 13/03/2018

Horaires :

lieu(x) :
  • Lycée Condorcet - 90000 Belfort

nature de l'exposition A caractère pédagogique

Imprimer






Guy de Cointet, Dora Garcia, Didier Marcel, Marie Velardi

En 2016, le Frac a présenté plusieurs œuvres au lycée Condorcet à Belfort. Suite au succès de ce projet intitulé Curiosités urbaines, le Frac s’invite à nouveau dans l’établissement !
Comme précédemment, les élèves de spécialité L-arts construiront la médiation de cette exposition.


Il faut prendre de la distance pour comprendre que notre conception du temps et de l’histoire n’est que construction mentale. L’exposition Futurs Antérieurs interroge notre façon d’être ici, aujourd’hui.

Durant son parcours, le visiteur est amené à déceler et à décoder des indices visuels, à regarder différemment des formes simples du quotidien. Ces petits riens familiers – des nombres, les détritus d’une corbeille à papier – peuvent le conduire, s’il est assez observateur, à mettre en doute la temporalité dans laquelle nous vivons.

En isolant un élément familier – les chiffres d’une horloge –, l’artiste Guy de Cointet le transforme en un motif presque abstrait, vide de sens. Par cette opération, l’oeuvre donne l’impression d’un temps suspendu, d’une dilatation temporelle. De la même manière, Didier Marcel – en reproduisant une ruine contemporaine – mêle les époques. Passé, présent et futur semblent converger.



Dans cette exposition sont rassemblés des textes, des compositions typographiques, des objets qui en disent long sur la manière dont l’homme conçoit la chronologie dans laquelle il s’inscrit. Les artistes ici présentés nous invitent tous à revoir nos repères. Entre réalité et fiction, entre uchronie et dystopie, l’exposition présente des œuvres dont les éléments constitutifs s’appuient sur la réalité pour émettre des hypothèses, pour créer des possibles.

Ainsi, Marie Velardi, à travers sa frise chronologique lumineuse, nous propose une réflexion sur ce qu’il reste des suppositions de l’homme du passé sur notre présent et sur notre futur. Quant à Dora Garcia, elle aussi utilise les mots pour décrire et figurer l’imminence d’une fin du monde redoutée. Elle puise dans les idées prophétiques et les représentations de catastrophes que l’homme s’invente.